Et si… L’aboutissement de Larème Debbah

Auteure auto-éditée

 

415ekiWVkhL

Catégorie : Développement personnel.

 

 

Résumé

Le bonheur peut-il être vivant ? Permanent ? Généreux ? J’y ai cru longtemps. Mais un jour, son pire ennemi m’est revenu en pleine face, sans que je m’y attende, comme un boomerang qui a fait le tour de la Terre avant de revenir à son propriétaire. Oui, je ne pensais pas que le plaisir de vivre pouvait s’éclipser, rebrousser chemin, se soustraire à ce qu’il y avait de plus beau dans ma vie et me laisser choir dans les méandres des épreuves, de la malchance, de l’adversité. Encore et toujours… À force de côtoyer la satisfaction d’une existence familiale parfaite, j’en oubliais que de funestes instants pouvaient encore survenir, germer dans ce terreau riche en satisfaction, poindre le bout de leur nez sans crier gare, par un beau matin. Non, je ne m’y attendais vraiment pas. C’est alors que le couperet est tombé, sa lame trop affûtée, comme pour me prévenir que la vie n’est vraiment pas un long fleuve tranquille.

 

 

Avis :

Je remercie Larème Debbah de m’avoir confié son service presse. Le dernier volet de cette formidable trilogie. J’ai lu la totalité de ses ouvrages avec énormément de plaisir, mais cette saga m’a particulièrement touchée.

L’auteure a une plume  fluide, authentique et addictive. Elle transmet des messages importants, sans tabou ni faux semblant, avec justesse et sincérité.

Dans ce roman nous retrouvons Jeanne, cette jeune femme battante qui lutte sans relâche contre la sclérose en plaques, cette maladie qui amoindrit progressivement son corps. Pourtant, elle peut être fière de son parcours. Mariée à Scott, un homme prévenant, aimant et mère de deux enfants. Le bonheur semble enfin au rendez-vous.

Cependant, le destin ne tardera pas à  s’acharner de nouveau… Cette terrible épreuve frappera de plein fouet la famille MacDonald. Le couple parviendra-t-il à surmonter tant de souffrances ?

Chaque membre du foyer est profondément meurtri, mais personne n’exprime sa détresse de la même manière. Les êtres humains que nous sommes, ne possédons pas tous les mêmes armes pour combattre. Nous réagissons parfois différemment en fonction de notre  sensibilité, de notre vécu.

Jeanne va éprouver le besoin de s’isoler. Fait-elle le bon choix ?  Est-elle en mesure de réfléchir ? Au fil des pages, nous découvrons une autre facette de notre héroïne. Celle d’une jeune femme trop éprouvée qui s’autorisera à montrer ses faiblesses, sa douleur, ses doutes et sa peur…

Elle fera la connaissance de Polain, un jeune homme d’une vingtaine d’années. Un être sensible et attachant. Parviendra-t-il à sortir Jeanne du marasme dans lequel elle plonge inexorablement ? Peut-être, mais ne risque-t-elle pas de perdre tout ce qu’elle a construit au fil des années ?

Le temps parviendra-t-il à mettre du baume sur ses blessures ? Son exil ne peut pas durer éternellement. Notre jeune mère devra prendre des décisions avant qu’il ne soit trop tard.

Larème Debbah nous montre une nouvelle fois que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Même une battante a le droit de baisser les bras, ce n’est pas un signe de défaite, mais c’est tout simplement HUMAIN.

Il y a une chanson de Florent Mothe qui s’intitule : « Les blessures qui ne se voient pas.», dont les paroles trouveraient leurs places dans ce roman.

Malgré les embûches, cette famille hors du commun résistera-t-elle à la tempête qui fait rage ? Le couple parviendra-t-il à se pardonner ? À se retrouver ?

Ce récit est un hymne à la vie, à l’amour et à l’espoir, malgré l’adversité. Certaines personnes doivent affronter davantage de difficultés que d’autres. L’essentiel c’est de construire sa vie, de profiter de chaque moment avec intensité et de réaliser ses rêves.

Une lecture qui prend aux tripes et qui nous touche en plein coeur.

Merci Larème pour cette magnifique saga. Je dois avouer que je me suis parfois reconnue dans les pensées et dans les réactions de ton héroïne.

Je vous invite à lire cette trilogie qui changera, je l’espère, votre regard sur la différence et sur les valeurs essentielles de l’existence. Une chose est sûre, vous n’en sortirez pas indemne.

 

 

Extraits et citations :

« Je pense que c’est à ce moment-là que j’ai réellement réalisé ce qui venait de se produire. »

 

« — Qui a-t-il dans son ordinateur pour que tu sois ainsi effrayée à l’idée que je puisse avoir eu l’indécence de le fouiller ? »

 

« Il me prit dans ses bras sans dire un mot, car il n’y avait rien à dire, rien à faire, juste attendre que la tempête dans mon cerveau se calme. »

 

 

@Larème Debbah

Note : 5/5

 

Lien Amazon cliquez ICI

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s