Des rêves infinis de Karen Thompson Walker

 

51Sscw3w9vL._SX312_BO1,204,203,200_

Catégorie : Littérature générale.

 

 

Résumé :

Dans la petite ville universitaire de Santa Lora, en Californie du Sud, une maladie mystérieuse plonge les habitants dans un sommeil persistant. C’est d’abord Mei, jeune étudiante d’origine chinoise, qui découvre sa colocataire Kara en état de sommeil profond, qu’elle fait évacuer à l’hôpital. C’est ensuite au tour de Libby et Sarah, deux jeunes soeurs dont la mère est morte peu après leur naissance, de voir leur père frappé du même mal. Puis ce sera Rebecca, atteinte par la maladie – alors qu’elle porte en elle un foetus qui va se développer pendant toute la durée de l’épidémie – qui dort sans discontinuer depuis cinq jours. Toute la ville est exposée. L’hôpital n’a plus de lits disponibles, la bibliothèque est réquisitionnée, des tentes sont installées sur les pelouses. Le lieu est mis en quarantaine, des soldats armés barrent l’entrée et la sortie de la ville. Si bien que Ben et Annie, un couple d’enseignants, venus de Brooklyn avec leur nouveau-né ne parviennent pas à s’échapper et vont être frappés à leur tour. Quand ils se réveillent, nombre d’entre eux se rappellent de leurs rêves, qu’ils croient prémonitoires. Mais peu à peu, comme dans le cas de Ben, on s’aperçoit que ce sont des souvenirs entremêlés de rêves. Et ces rêves, qui faisaient papillonner de façon énigmatique les paupières des dormeurs, sont peut-être des portes ouvertes sur des univers parallèles. Avec justesse et sensibilité, l’auteur entraîne ses lecteurs vers des rêves infinis.

 

 

Avis

Je remercie NetGalley et les Éditions JC Lattès de m’avoir confié ce service presse. En effet, je suis une grande adepte de ce genre de littérature. La quatrième de couverture m’a immédiatement interpellé, j’avais hâte de découvrir cette histoire.

Très rapidement, Karen Thomson Walker nous plonge dans une atmosphère oppressante. Sa plume et fluide et addictive, elle possède le sens du détail qui a son importance dans ce livre.

Nous somme en Californie du Sud, petite ville universitaire de Santa Lora. C’est dans ce coin du globe qu’un virus mystérieux fait son apparition.  Le campus sera le lieu où  nous verrons sévir le mal dans un premier temps. Que pouvons-nous affirmer ? La seule chose qui a été observée : les victimes sont frappées de façon soudaine et sombrent dans un sommeil inexpliqué.

Lorsque Mei se rend compte que sa colocataire ne se réveille pas, c’est l’incompréhension totale, mais aussi l’impuissance… La jeune fille contaminée sera rapidement évacuée. Malheureusement, les cas se multiplient d’une façon incontrôlable. Les résidents sont sous le choc, même s’ils s’efforcent d’avancer en espérant être épargnés.

Progressivement, la peur envahit les esprits. Dans un tel cas de figure, peut-on encore accorder sa confiance à autrui ? Les réactions ne tardent pas à venir. Les langues se délient et les rumeurs les plus folles se répandent à la vitesse grand V.

Les autorités sont sur le qui-vive,  des mesures de quarantaine sont mises en place et des évacuations sont organisées. Ce virus dangereux et totalement inconnu est susceptible de se répandre d’une manière exponentielle.

Malgré les mesures appliquées, le mal continue son chemin. Nous observons les réactions parfois disproportionnées de certains habitants face à l’ampleur du phénomène. Qui peut leur jeter la pierre ? Quelle serait notre attitude si notre existence venait à basculer ? Comment parviendrions-nous à survivre ?

Chaque être humain est hanté à l’idée d’être le prochain sur la liste. Pourtant, la peur ne s’arrête pas là. Personne ne doit oublier les problèmes d’insalubrité et le manque de nourriture et autres…

Au fil du récit, nous nous enfonçons dans un univers de plus en plus hostile. Diverses hypothèses sont émises à propos de ce fameux virus. Pourtant, aucun spécialiste n’est capable de répondre aux interrogations des survivants. Chaque individu est en sursis, mais pour combien de temps ?

La propagation continuera de s’étendre… Certains malades mourront, tandis que d’autres survivront. Seront-ils plongés dans un état de sommeil profond ? Ou peuplé d’étranges rêves ?

La question qui hante les esprits : ce cauchemar aura-t-il une fin ? Connaîtrons-nous l’origine de ce mal qui pollue la planète ?

Le suspense, la peur, et le mystère sont omniprésents et nous oppressent sans relâche.

L’intrigue est très bien orchestrée. La pression monte crescendo et les rebondissements sont multiples.

Un roman captivant qui nous tient en haleine du début à la fin. Les montées d’adrénaline et les frissons sont garantis.

Un conseil : profitons de chaque instant de notre existence, car personne ne sait de quoi sera fait demain.

 

 

Extraits et citations :

« Des autobus patientent le long du trottoir. Cela porte un nom : évacuation. »

 

« On a le sentiment que la ville se vide, alors que personne ne va nulle part. »

 

 

@Karen Thompson Walker

Note : 5/5

 

Lien Amazon cliquez ICI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s