Nous étions deux de José Flèche

 

41rCoObb4ZL

Catégorie : Témoignage.

 

 

Résumé

Ils étaient deux. Ne faisaient qu’un. Et José Frèches croyait qu’ils avaient l’éternité devant eux. Mais le 29 novembre 2011, à l’âge de 61 ans, il disait adieu à son jumeau. Ce jour-là, il crut mourir aussi… 

Comment rester debout sans son  « pareil  » , son frère miroir, son premier rival ? Longtemps l’écrivain s’est enfermé dans le silence. Jusqu’à ce livre… et ce miracle : 
en racontant Jean-Benoît, l’auteur s’est révélé à lui-même. Il a renoué avec la vie. 

Nous étions deux est une confession bouleversante. Sur le bonheur et la malédiction des jumeaux, et, au-delà, sur tous ces orphelins qui, un jour, ont perdu leur âme sœur. 

Dans ce livre lumineux, José Frèches nous invite à dépasser nos chagrins et à célébrer le goût de vivre retrouvé. 

Un récit à cœur ouvert, aussi intimiste qu’universel. 

 

 

Avis

Je remercie NetGalley et XO Éditions de m’avoir confié ce livre. Ce ne sont pas mes lectures de prédilection, mais je dois avouer que nous en apprenons beaucoup sur la complexité d’une relation gémellaire (monozygote).

José et Jean-Benoît ne faisaient qu’un. Dans son récit il utilise le terme : son « pareil » pour parler de son double. Tandis qu’il emploiera les « sans pareil » pour faire la distinction entre les jumeaux et les naissances uniques.

L’auteur rend un très bel hommage, rempli d’amour à son frère Jean-Benoît disparu en 2011 à l’âge de soixante et un ans. Il raconte ses souvenirs remontant de leur petite enfance jusqu’au jour de la mort de son double.

Ils ont vécu au Brésil, au Portugal, en Italie. Puis Jean-Benoît s’est établi à Paris pour étudier, tandis que José s’est installé à Aix-en-Provence.

Au fil des pages, nous faisons des aller-retour entre le passé et le présent. La meilleure façon d’assister à des épisodes de leur vie commune et de s’imprégner des ressentis de chacun. La gémellité est-elle un cadeau ? Ou une malédiction ? Les mots que j’emploie sont forts, mais certains faits rapportés dans ce livre poussent à réfléchir. Bien sûr, la première chose à laquelle nous pensons est la fusion particulière qui les unit. Pourtant, tout n’est pas si simple et parfois les sentiments éprouvés peuvent être très controversés.

L’auteur nous explique cette ambivalence qui surviendra à un moment ou à un autre dans leur existence : Jalousie, besoin de dominer son double, ou bien d’imposer sa personnalité propre. Les relations demeurent parfois compliquées, surtout lorsqu’ils ne parviennent pas à se différencier eux-même. Le récit est fortement documenté et des exemples datant de la mythologie sont cités. Mais également d’autres paires de jumeaux qui ont fait parler d’eux.

Des éléments très intéressants sont rapportés dans ce récit. Vous ne verrez peut-être plus la relation gémellaire aussi magique que vous l’idéalisiez. Malgré toutes les questions que nous nous posons, leur amour est singulier, extrêmement puissant, lorsqu’il résiste à certaines tempêtes souvent inévitables.

Nous suivons les parcours différents de ces deux frères, leurs idéaux, leurs ambitions. L’un se qualifie de saltimbanque, tandis que l’autre est l’érudit de la famille. Malgré leurs différences, le besoin inconditionnel de son « pareil » reste plus fort que tout.

L’auteur nous raconte la fin de vie de Jean-Benoît et nous ressentons toute la détresse et l’impuissance qui détruit José à petit feu. Pourrions-nous imaginer qu’il aurait préféré partir avant son double ? Je crois qu’il a dû fortement y songer… Seulement, ils naissent à deux, mais le décès ne survient jamais au même moment. Sauf cas exceptionnels : comme les accidents de la circulation ou catastrophes aériennes, par exemple.

José met son cœur à nu pour expliquer comment il a survécu à ce drame. Les raisons qui lui ont donné la force d’avancer, parce que la vie continue… Un deuil est forcément un déchirement terrible pour tout un chacun, mais la perte de son double entraîne certainement une amputation définitive d’une partie de celui qui reste.

Une œuvre intéressante et émouvante, même si certains passages sur des explications spécifiques sont parfois complexes pour ma part.

Un cri d’amour incommensurable  pour ce frère disparu, qui fera de José un orphelin jusqu’à son dernier souffle.

 

 

Extraits et citations :

« Saurions-nous profiter des cadeaux que nous fait la vie si nous étions perpétuellement hantés par la crainte de les perdre ? »

 

« La rivalité est pour moi le grand mystère du couple gémellaire. Pourquoi le mimétisme engendre-t-il la rivalité ? »

 

« Je l’avais rédigée le jour de nos 50 ans, persuadé que je mourrais avant lui. Peut-être JB nourrissait-il le même genre d’espoir. Si c’est le cas, les destin l’aura exaucé. »

 

 

@José Frèches

Note : 4/5

 

Lien vers Amazon cliquez ICI

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s