Inceptio Éditions

Menel Ara tome 1 de Vincent Dionisio

 

518pH4iqbtL

Catégorie : Streampuk.

 

 

Résumé :

2028. Sept grandes familles de la ville de Simake établissent un projet fou : la construction d une Haute-Ville, un second étage. Cette cité nouvellement indépendante, reléguant ses habitants les plus pauvres 200 mètres plus bas, sera nommée Menel Ara. 2078. Le rêve des Sept Familles s est réalisé. Du haut de leur prodige architectural, elles gouvernent une cité-Etat plus inégalitaire que jamais. Rien ne semble pouvoir contester leur hégémonie et celle de leur chef, Youri Komniev. Mais dans la Basse-Ville, le mécontentement et la colère se font de moins en moins sourds. À l Est, les Martyrs, groupe terroriste ayant juré la destruction de l’oligarchie en place, ont investi l’ancien aéroport et y préparent leur prochain attentat. Tandis qu’à chaque étage se dressent les étranges temples des Putras, secte religieuse attendant patiemment l’arrivée d’un mystérieux prophète… Gaël, lui, enterre son père. Il ne sait pas encore que cet évènement va bouleverser son destin et celui de Menel Ara.

 

 

Avis :

Je remercie Inceptio Éditions de m’avoir confié ce service presse. J’ai été intriguée par la quatrième de couverture et je souhaitais découvrir le genre littéraire : Streampuk.

Menel Ara se compose de la Haute-ville occupée par Sept grandes familles qui vivent dans la richesse et la Basse-Ville où règne la misère totale. Un fossé incommensurable sépare les habitants.

L’inégalité devient immanquablement une source de conflits où la haine demeure un sentiment puissant.

Nous allons suivre le chemin scabreux de Gaël. Suite à un drame, il voit son destin basculer du jour au lendemain. Il vit dans la Basse-Ville et a toutes les raisons du monde de vouloir se venger ! 

Du côté des plus démunis, deux groupuscules ont vu le jour. Les Martyrs, un mouvement politique terroriste et les Putras, un mouvement sectaire.

Vincent Dionisio nous propulse dans le futur où la haine, la vengeance et l’instinct de survie sont omniprésents. Comment éviter ces ressentiments quand certains individus jouissent de toutes les richesses et les privilèges ? Tandis que les autres vivent dans la précarité totale ?

Dans ce premier opus, l’auteur dépeint cet univers singulier. Le fonctionnement des divers groupes et nomme les personnages qui en font partie. Les esprits s’échauffent et les complots s’organisent. Chaque responsable élabore des plans : les uns, pour rester maîtres et garder le pouvoir suprême,  les autres pour tenter d’obtenir l’équilibre.

Il est bien évident que ce désir d’égalité aura un prix à payer. Des décisions seront prises, pour le meilleur ? Ou pour le pire ? Tandis que le peuple de la Haute-Ville a tout à perdre, leurs rivaux ont tout à gagner. 

La colère et la révolte montent crescendo. Cependant, toute action demande une organisation. Seront-ils assez nombreux, correctement préparer pour faire face à leurs destins ?

Vincent Dionisio nous offre une intrigue originale et intéressante. Il a le sens du détail pour nous décrire ce monde du futur inconnu. Par contre, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. J’ai eu l’impression que les protagonistes passaient au second plan et j’ai trouvé cela dommage.

Entre vengeances, trahisons, et manipulations, nous naviguons dans un monde où il ne fait pas bon vivre. L’incertitude et le danger s’emparent de tous les esprits.

Dans ce premier opus, le décor est très bien planté et Vincent Dionisio nous offre un final qui laisse augurer un tome 2 riche en actions et en rebondissements.

J’ai passé un bon moment de lecture, malgré ce petit bémol. J’ai envie de poursuivre l’aventure. Vivement le tome 2 !

Si vous souhaitez plonger dans un univers hostile et vous laissez emporter par une intrigue bien orchestrée, n’hésitez pas à suivre le destin de Gaël et de ses compagnons.

 

 

Extraits et citations :

« Ce monde l’a tué », pensa sincèrement Gaël. Il le lui avait prédit lors de sa dernière visite, quelques semaines plutôt. »

 

« Non seulement il n’avait pas perdu sa journée, mais la Haute-Ville de Menel Ara connaîtrait dans quelques jours un des plus grands tremblements de terre de sa sa jeune histoire. Et quelle fierté il éprouvait d’en être à l’origine ! »

 

« Y’a une taupe chez nous. »

 

 

@Vincent Dioniso

Note 4/5

 

Lien Amazon cliquez ICI

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s