J’ai tué un homme de charlotte Erlih

 

319X4W9EXRL._AC_UY436_QL70_

Catégorie : Adolescents/Young adult

 

 

Résumé :

Surmenage scolaire, pic de stress, ou trouble plus grave ? Arthur est hospitalisé pour cause d’épisode délirant. Le collégien passionné d’histoire se prend depuis peu pour Germaine Berton, une militante anarchiste, meurtrière d’un leader de l’Action française en 1923… Qu’arrive-t-il à Arthur, qui ne reconnaît plus les siens ni le monde qui l’entoure  ? Parents, professeurs, camarades de classe, médecins, tous s’interrogent. Avec leur sensibilité, et aussi leurs peurs.

 

 

Avis :

Je remercie NetGalley et les Éditions Actes Sud Juniors de m’avoir confié ce service presse. Certes, le thème abordé est gravissime, mais j’étais certaine que l’auteure nous livrerait une belle histoire.

Arthur a une soif d’apprendre inépuisable, il est passionné d’histoire. C’est un élève discret, assez solitaire, qui passe la plupart de son temps libre le nez dans les bouquins. Il a intégré un collège parisien réputé et n’a jamais causé le moindre problème.

Personne ne se doute encore que le destin de ce jeune garçon est sur le point de basculer… Un jour, il se prend pour Claire Berton, une militante anarchiste. En 1923, cette femme a tué un leader de l’Action Française.

Le monde d’Arthur et celui de son entourage chavire. Que s’est-il passé ? Surmenage ? Épisode de délire ? C’est l’incompréhension totale ! Le collégien est hospitalisé d’urgence en unité psychiatrique.

Dès lors, nous assistons à la descente aux enfers des parents. Mais aussi, aux nombreux questionnements de ses camarades de classe et à la stupéfaction de ses professeurs. Comment cet élève brillant a-t-il pu en arriver à perdre le sens de la réalité ? Tous ses repères ont volé en éclats.

Charlotte Erlih nous entraîne dans ce tourbillon infernal. C’est un roman à plusieurs voix. Cela nous permet de cerner aisément les réactions émotionnelles de chacun d’entre eux. 

Les sentiments principaux : la sidération, l’incompréhension, la culpabilité, l’injustice…

Le diagnostic est enfin posé… Les parents sont touchés de plein fouet. Nous pourrons d’ailleurs observer que leurs réactions et attitudes ne seront pas du tout les mêmes. Malgré tout, c’est la souffrance, le doute, la peur qui prédomineront.

Tout le monde s’interrogera sur le passé et le présent d’Arthur. A-t-il présenté des signes avant-coureurs que personne n’a vu ou n’a su interpréter ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

Passer le temps des interrogations, il convient maintenant aux parents de s’adapter et d’envisager un avenir pour leur fils. La difficulté pour son père est incommensurable. Sa mère, infirmière, se montre plus forte pour accompagner son enfant sur le chemin semé d’embûches qui l’attend.

Arthur parviendra-t-il à reprendre son existence en main ? Sera-t-il capable de vivre comme tout le monde ? Peut-être, mais à quel prix ?

Le combat ne fait que commencer. S’adaptera-t-il à son nouvel état ? 

L’auteur nous offre un récit qui véhicule des messages forts. Elle aborde un sujet délicat d’une belle manière. Elle nous met face à une réalité qui effrait.

Un récit émouvant et criant de vérité.

J’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de cette famille plongée dans la tourmente.

Je conseille vivement ce roman touchant et riche en enseignements.

Laissez-vous tenter ! 

 

 

Extraits et citations :

« — C’est ma faute, c’est ça que tu es en train de dire ? Toi tu avais tout vu juste et moi j’ai rien compris ? »

 

@Charlotte Erlih 

Note : 4/5

Lien vers Amazon cliquez ICI

Sortie aujourd’hui : 28 aout 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s