Sous ton paillasson d’Isabelle Bergi

 

51gYGZ4vJeL._SX358_BO1,204,203,200_

Catégorie : Littérature Francophone.

 

 

Résumé :

Une intrigue à la fois, drôle et tendre d’amour et d’amitié. Quatre femmes divorcées, enseignantes, quadragénaires nous livrent leurs émotions, ressentis et commentaires sur la difficulté de trouver « l’âme soeur ». Elles nous transportent dans le monde intime des confidences féminines, d’anecdotes croustillantes, de situations cocasses, sans jamais tomber dans la caricature. Des personnages aux caractères bien trempés, pour certaines, plus discrets pour d’autres. Line : introvertie, sérieuse, consciencieuse, qui ne veut pas laisser d’homme entrer dans sa vie, tant que ses filles ne sont pas indépendantes. Jeanne : pétillante, immature qui vit une passion amoureuse aussi forte que destructrice. Véro : femme maîtresse qui enchaîne les aventures masculines sans lendemain, jusqu’au jour où ? Claudie : râleuse, un soupçon grivoise, énergique qui va perdre pied dans le tourbillon de l’amour.

 

 

Avis :

Ce livre à rejoint ma PAL il y a peu de temps et je me suis empressée d’entamer ce récit. Je ne regrette absolument pas mon choix, car les deux précédents ouvrages d’Isabelle Bergi  m’ont totalement conquise. Celui-ci est son premier roman.

Nous allons faire la connaissance de quatre femmes quadragénaires, divorcées à la recherche de l’âme soeur. Elles sont devenues des amies fidèles et sincères au fil des années. Et nous devons reconnaître que malgré des caractères différents, elles se complètent parfaitement.

L’auteure va nous transporter dans le quotidien de ses quatre drôles de dames :

Line trop sérieuse ne s’autorise pas à rencontrer quelqu’un tant que ses filles auront besoin d’elle.

Jeanne est une grande rêveuse assez immature qui a tendance à se laisser manipuler par les hommes. Elle ne parvient pas à imposer ses volontés et en paie souvent le prix fort.

Claudie n’a pas sa langue dans sa poche. Elle est plutôt directe dans ses propos et n’hésite pas à appeler un chat un chat.

Puis il y a Véro qui enchaîne les conquêtes masculines sans lendemain.

Isabelle Bergi nous offre un récit où se mêlent situations cocasses, confidences et péripéties en tout genre. Sans oublier, des joutes verbales jubilatoires et un sens des réparties aiguisées.

Nos quatre amies parviendront-elles à trouver l’âme soeur ? Une chose est sûre pour y parvenir, elles devront affronter un chemin semé d’embûches et prendre des décisions parfois radicales. Cependant, feront-elles les bons choix ? 

Ne dit-on pas qu’après la pluie vient le beau temps ?

Seront-elles capables de se remettre en question ? Probablement, mais n’oubliez pas : chassez le naturel, il revient au galop ! 

Les hommes qui croiseront leurs destins sont-ils vraiment dignes d’intérêt ? Pas sûr ! Mais peut-on vivre sans amour ? Sans espoir ? Et sans rêve ?

Ces quatre copines veilleront les unes sur les autres et n’hésiteront pas à tout mettre en oeuvre afin que chacune d’entre elles est une chance de trouver la perle rare. Elles en ont marre des plans pas très catholiques, des cachotteries, des mensonges et des secrets.

Un voyage en Espagne lors des vacances scolaires leur permettra-t-il de faire le point sur leur vie sentimentale respective ? L’éloignement sera-t-il le moyen de mettre leurs soupirants face à leurs responsabilités ?

Cette cohabitation estivale sera-t-elle bénéfique à tout ce petit monde en mal d’amour et en questionnements divers ?

À l’issue de ce périple nos héroïnes trouveront-elles l’amour, le vrai, avec un grand A ?

Des personnages hauts en couleur.

Une histoire pleine de tendresse et d’humour qui nous donne du baume au coeur.

Un roman à lire sans modération.

 

 

Extraits et citations

« — Bof ! ? Pas trop mon truc. Moi tu sais, les dessous en dentelle qui coute la peau du c… ! Et plus personne pour les enlever. Je blague. À quelle heure ? »

 

« Tu es bête ou quoi ? Tu ne supporte pas le coca, ça te donne de l’aérophagie. Décidément tu fais n’importe quoi, ma pauvre fille. »

 

« — Quoi ? On est au XXIème siècle, c’est fini l’esclavage, c’est qui ce mec ? Pour qui se prend-il ? Et toi, tu ne dis rien ? Tu te laisses diriger, je n’en crois pas mes oreilles… Je te foutrais ça aux chiottes, ce serait vite réglé. »

 

@Isabelle Bergi

Note : 5/5

Lien vers Amazon cliquez ICI

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s