Éditions Academia.

Un le matin, un le soir de Brigitte Peeters.

9782806105905b

Catégorie : Roman/Littérature.



Résumé :

Pour fuir un mari infidèle, Victoire accepte de remplacer Hubert, le pharmacien du village de son enfance.
Une nouvelle vie se reconstruit au rythme du quotidien où se croisent Clovis, le petit-fils d’Hubert, Marius, un électricien particulièrement attentionné, et les clients qui révèlent leurs blessures, leurs fêlures, leurs manies. La boîte à livres accolée à l’officine se révèle intrigante, entre les billets que lui laisse un admirateur inconnu et le journal intime écrit en 1943 par une jeune fille de quinze ans, séduite par un soldat allemand. Le destin d’une femme peut-il bouleverser celui d’une autre ? 
Un le matin, un le soir est l’histoire de la réinvention d’une femme entre présent et passé, drames et passions, racontée avec humour et tendresse.




Avis :

Je remercie les Éditions Academia de m’avoir confié ce service presse, mais aussi pour leur confiance renouvelée. La quatrième de couverture m’a immédiatement séduite, car elle laisse présager une histoire de chemins croisés entre des personnages singuliers et hauts en couleur. Nous pouvons nous attendre à un récit riche en émotions et plein d’humour. Un cocktail grandement recherché étant donné la période tourmentée que nous traversons actuellement.

Nous faisons donc la connaissance de Victoire, une femme d’âge mûr, qui a besoin de fuir un mari infidèle. Lorsqu’elle apprend que Hubert, le pharmacien du village de son enfance, cherche quelqu’un pour le remplacer temporairement dans son officine, elle n’hésite pas à franchir le pas.

Elle règle les dernières formalités afin de se libérer et quitte tout, sans se retourner, pour revenir sur les terres de ses jeunes années. Elle espère tourner une page douloureuse de son existence et se reconstruire. Cependant, elle ne se doute pas un seul instant que ce qu’elle s’apprête à vivre changera à tout jamais le cours de son destin.

Dans son officine, elle voit défiler bon nombre de personnages. Certains ne feront que de brèves apparitions dans son quotidien, tandis que d’autres la marqueront au plus profond de son être.

Ne dit-on pas que le malheur des uns fait le bonheur des autres ? Ou bien, que certaines rencontres ne sont pas le fruit du hasard ?

Clovis, le petit fils de Hubert, est un gamin très éveillé et attachant. Pourtant, à peine âgé de dix ans, sa vie n’a pas été un long fleuve tranquille. Aussi, il s’attachera très vite à celle qu’il ne tardera pas à surnommer Vic.

Ce diminutif ne l’enchante pas, car il lui fait penser à Sophie Marceau dans « La Boum ». Or, en dehors de l’âge, elle ne se trouve aucun point commun avec l’actrice qui fait partie des plus belles femmes du monde. Cela dit, le garçonnet est relativement espiègle et mettra tout en œuvre pour l’attendrir, l’amuser, lui redonner le sourire. Parviendra-t-il à toucher son cœur écorché ? Une chose est sûre : il n’a pas encore dit son dernier mot.

D’autres protagonistes graviteront autour d’elle. Marius se montrera charmant, cherche-t-il à la séduire ? Ou simplement à gagner son amitié ?

Victoire tombera par le plus grand des hasards sur le journal intime d’une certaine Constance. Cette jeune fille d’à peine 16 ans racontera, sans omettre le moindre détail, son traumatisme vécu durant la Seconde Guerre mondiale. Ce témoignage bouleversera notre pharmacienne au plus haut point. Sera-t-elle en mesure de découvrir ce que Constance est devenue ? Ou devra-t-elle rester sur ce sentiment d’inachevé ?

À présent, Vic s’est jurée de ne pas s’attacher pour ne plus souffrir. Seulement, sera-t-elle capable de suivre ses engagements ? Rien n’est sûr ! Un événement inattendu survient et frappe de plein fouet la conscience des villageois.

Une solution semble se dessiner. Notre héroïne acceptera-t-elle de jouer les bons samaritains ? La tâche s’avère compliquée, mais cet imprévu ne sonnerait-il pas comme un coup de pouce du destin ?

Rien n’est jamais acquis, mais ne refusons pas de cueillir le bonheur lorsqu’il s’offre à nous.

Je découvre la plume et le talent de Brigitte Peeters et j’en reste sans voix. Elle nous offre une histoire profondément humaine et magnifique.

J’ai été frappée par la façon dont l’auteure parvient à traiter des sujets difficiles sans jamais cesser de surfer sur les ailes de l’humour.

Un humour subtil et intense qui ne faiblit jamais.

Une pépite à ne surtout pas manquer.

Un roman qui donne la pêche et le sourire.

J’ai adoré.


Chapeau bas, Brigitte Peeters.



Extraits et citations :

« Et hop, et de deux ! Bye bye le mari, bye bye le job. Au jeu des sept familles, dans la famille des paumés, je demande Victoire. »


« — C‘est pas pour une fille, s’esclaffe Clovis. C’est pour une vieille. »


« — Oui, et il a eu du mal. T’es lourde, tu sais ? Il a fallu te laisser tomber dans la flaque d’eau devant la porte. J’ai tenu tes jambes et t’es pas tombée. »


« Le bien-être m’envahit. Je suis bien, au creux de ma bulle, à bouffer des cochonneries sans complexe, à regarder des niaiseries sans jugement. »


« L’important, c’est la rencontre, l’intersection, le carrefour. L’important, c’est l’amour. Donnez-le sans crainte, sans peur, merveilleusement, parfaitement, et toujours sans compter. »


@Brigitte Peeters

Note : 5/5

Lien Éditions Academia


Lien Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s