Réjouissez-vous parce que c’est arrivé de Elvira Moreira.

Auteure auto-éditée.

Catégorie : Littérature sentimentale.



Résumé :

« Ne pleurez pas parce que c’est fini, réjouissez-vous parce que c’est arrivé »

Julie et Gabin travaillent dans une école maternelle. Elle est directrice, il est concierge, et leurs chemins se croisent à un moment décisif de leur vie. Pendant vingt ans, une relation particulière les unit, mélange de tendresse et de bienveillance. 

Tandis que Gabin porte le poids de son passé, Julie s’investit corps et âme dans son travail pour se remettre de sa rupture douloureuse. 

Alors qu’ils ont toujours veillé l’un sur l’autre, un événement tragique bouleverse le cours de leurs vies. Qui est réellement Gabin Canti ? Plus important encore, que cache-t-il ? 

Pour le découvrir, la jeune femme plonge dans le passé de son protecteur afin d’y déterrer son terrible secret. Sans le savoir, Julie aurait-elle joué un rôle dans cette histoire ? 

Un récit poignant et empli d’émotions qui vous bouleverse dès les premières pages !


Avis :

Je remercie la maison d’auto-édition Librinova de m’avoir confié ce service presse, mais aussi pour leur confiance renouvelée. Le titre de l’ouvrage a résonné comme un appel à la lecture et la quatrième de couverture a terminé de me convaincre.

Nous faisons la connaissance de Julie et de Gabin qui partagent une belle amitié depuis de longues années. Ils travaillent ensemble dans une école maternelle. Il est concierge au sein de l’établissement, tandis qu’elle occupe le poste de directrice.

Les deux amis passent beaucoup de temps ensemble et profitent de moments de complicité et d’entraide. Leur relation est basée sur un mélange d’écoute et de tendresse.

Tandis que Gabin porte le poids de son passé, Julie s’investit sans compter dans son travail afin de se remettre d’une rupture douloureuse.

Cependant, un évènement tragique va bouleverser le cours de leur vie. Dès lors, plusieurs questions surviennent. Se connaissaient-ils vraiment ? Qui est réellement Gabin Canti ? Et surtout que cache-t-il ?

Notre directrice est contrainte de plonger dans le passé de l’homme qu’elle considère comme son protecteur. Parviendra-t-elle à obtenir les réponses aux nombreuses interrogations qui envahissent son esprit ?

Très rapidement, le récit s’articule autour de plusieurs personnages. Il s’agit, là, de destins croisés. Elvira Moreira alternera les chapitres afin de nous présenter également Bruno et Jessica. Existe-t-il un lien entre ces quatre protagonistes ? Ou bien, seront-ils amenés à se rencontrer dans un avenir proche ?

Une chose est sûre : chacun a traversé des chemins semés d’embûches.

Julie avance dans ses investigations. Sera-t-elle apte à entendre certaines révélations ? Et en tirera-t-elle les enseignements et les conclusions qui s’imposent ?

Sera-t-elle capable de mener à bien sa mission ?

Au fil des pages, Elvira Moreira lève le voile sur les zones d’ombre qui planent autour de nos héros, et les pièces du puzzle commencent à se rassembler.
Puis, tout s’éclaire enfin !

Julie osera-t-elle aller de l’avant, selon les recommandations de son protecteur ? Bruno réussira-t-il à enterrer ses vieux démons pour réparer ses erreurs ? Jessica sera-t-elle capable de retrouver celui qu’elle attend depuis trop longtemps ?

Ce drame aura-t-il permis à tout ce petit monde d’accorder davantage d’importance aux valeurs essentielles de l’existence ?

Nous ne pouvons pas rattraper le temps perdu, mais nous sommes en mesure de vivre intensément l’instant présent, entourés des êtres qui nous sont chers.

Elvira Moreira nous offre une belle leçon de vie et d’espoir, malgré l’adversité.

Un joli roman porteur de beaux messages.



Extraits et citations :

« Une fois qu’ils sont tous dehors, elle rejoint son bureau et à dix heures dix exactement, ce mercredi quatre décembre elle reçoit l’appel qui va changer sa vie. »


« Nous n’avons pas besoin de superpouvoirs pour faire apparaître de la joie sur un visage. Il suffit parfois d’un sourire, d’un regard, d’une main tendue, d’une oreille attentive, de bienveillance. »


« — N’oublie pas fiston, le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal, c’est le courage de continuer qui compte. »


@Elvira Moreira

Note 4/5

Lien Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s