Parfois je mens d’Alice Feeney

Catégorie : Thriller psychologique.



Résumé :

Je m’appelle Amber Reynolds. 
Il y a trois choses que vous devez savoir à mon sujet : je suis dans le coma ; mon mari ne m’aime plus ; parfois, je mens…

Plongée dans le coma à la suite d’un terrible accident, Amber, 35 ans, est prisonnière de son corps dans une chambre d’hôpital. Elle ne peut plus ni parler ni bouger, mais elle entend tout. Elle n’a pas la moindre idée de ce qui s’est passé. Pourtant, quelque chose lui dit que son mari n’y est pas étranger. Si elle veut avoir une chance de s’en sortir vivante, elle a intérêt à aller vite, très vite, pour reconstituer le fil des événements et comprendre d’où vient la menace.

Entre le présent paralysé, la semaine qui a précédé l’accident et les extraits d’un journal intime d’adolescence, la quête de la vérité s’apparente à un puzzle machiavélique en trois dimensions.

Un suspense phénoménal, bientôt adapté en série.


Avis :

Ce livre était dans ma PAL et je l’ai choisi dans le cadre d’une lecture commune avec mon amie Magali Morand. La quatrième de couverture promettait un récit riche en mystères et en rebondissements, et je vous prie de croire que j’ai été subjuguée.

Nous faisons donc la connaissance d’Amber Reynolds au moment où son existence vient de basculer. Même dans le coma, elle entend plus ou moins distinctement les paroles émises par les personnes qui gravitent autour d’elle.

Beaucoup de questions envahissent son esprit, mais elle demeure dans la confusion. L’accident dont elle a été victime ne l’a pas épargnée, et son cerveau a bien du mal à distinguer le rêve de la réalité. Progressivement, elle mettra tout en œuvre pour retrouver la mémoire afin de comprendre pourquoi elle se retrouve allonger et inerte dans ce lit d’hôpital.

Alice Feeney nous entraîne dans un thriller psychologique redoutable et machiavélique. Une intrigue à couper le souffle, qui est menée d’une main de maître. Attention, l’auteure nous entraînera dans un univers où la manipulation mentale, le danger, et l’incertitude sont omniprésents.

Le récit s’articule autour de trois périodes : l’enfance, quelques jours avant le drame, et le présent. Au fil des pages, une histoire palpitante se dessine sous nos yeux ébahis. Le lecteur tentera d’en percer les secrets, mais ne risque-t-il pas de se perdre en chemin ?

Les pages s’enchaînent à une vitesse folle, car Alice Feeney ne nous laisse aucun répit. Alors, nous naviguons entre les flash-back pour tenter de reconstituer les faits. Parviendrons-nous à éviter les pièges tendus ? À prêcher le faux pour savoir le vrai ?

Le mensonge est un art qui se cultive, mais lorsqu’il est maîtrisé à la perfection, il peut se jouer de nous. La personne qui le pratique sait pertinemment qu’à la moindre erreur de jugement, tout ce qu’elle a construit peut s’écrouler comme un château de cartes.

Alice Feeney dépeint à la perfection le portrait psychologique de chaque protagoniste afin de laisser planer le mystère… L’atmosphère s’alourdit considérablement et le suspense atteint son paroxysme.

Découvrirons-nous qui se cache réellement derrière les personnages principaux ? Nous suivons de nombreuses pistes, mais les sentiers sont sinueux et peuvent nous mener vers des voies sans issue. Certains indices nous réconfortent dans la perception que nous avons de LA VÉRITÉ, mais d’autres nous font douter terriblement. Alors, nous nous transformons en fin limier pour traquer la moindre information qui fera pencher la balance du bon côté.

Soudain, tout s’éclaire et semble limpide ! Je me suis entendue prononcer : ah ! c’était donc ça.

Mais quelques instant plus tard… Une petite voix me susurre à l’oreille : n’oublie pas, les menteurs ont plus d’un tour dans leur sac !

Un roman passionnant et envoûtant.

Génialissime ! J’ai adoré.

Ce livre restera graver dans ma mémoire, car il m’a littéralement retourné le cerveau !

Un final terriblement intrigant et totalement imprévisible. Mes neurones ont carburé à plein régime, mais ai-je trouvé la bonne réponse ?

Suspense…


Une pépite à lire absolument !



Extraits et citations :

« La deuxième infirmière doit me quitter elle aussi, et j’ai envie de crier, de la supplier de rester, d’expliquer que je suis juste un peu égarée au fond du terrier et que j’ai besoin d’aide pour en sortir. »


« Les mensonges peuvent avoir l’air vrais à force d’être répétés. »


« Les gens ont tort de penser que le bien et le contraire du mal, il n’est que son image inversée dans un miroir brisé. »


@Alice Feeney

Note : 5/5



Lien Amazon



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s