Les larmes du lac de Marie Harvard.

Auteure auto-éditée

Catégorie : Drame psychologique.

Résumé :

« Les Larmes du Lac », un drame psychologique poignant, entre légendes et histoire écossaise.
——- 
Anne arrive à St Andrews, en Écosse, après un drame familial. Elle cherche à se reconstruire en s’installant dans une jolie maison au bord d’un lac. 
L’histoire de la ville la captive, tout comme la chasse aux sorcières qui a eu lieu à St Andrews… Lorsqu’elle découvre que la vieille demeure de Lochan Wynd, dans laquelle elle habite, cache un terrible secret, les fantômes du passé sortent peu à peu de l’ombre… C’est le début d’une quête entre réalité et illusion. 
Qu’est-il arrivé dans la chambre avec vue sur le lac ? 
Alors qu’elle peine à se reconstruire, Anne est happée par ces énigmes qui se multiplient et qui vont la mener au-delà d’elle-même, aux frontières de la folie… 
Saura-t-elle se retrouver après ce voyage en Écosse ? 
Un roman enrichi de multiples détails historiques sur la ville de Saint Andrews, à la lisière du fantastique et du paranormal.



Avis :

En ce mois de septembre, nous avons choisi ce livre comme lecture commune avec mon amie, Magali Morand. La quatrième de couverture m’a interpellée, car je suis une fervente adepte du genre paranormal. Ici, l’auteure nous offre la possibilité d’apprendre l’histoire, les mythes et légendes du village de Saint-Andrews.

Nous faisons la connaissance de Anne à un tournant dramatique de son existence. En effet, cette dernière décide de tout plaquer pour partir en Écosse, laissant son mari, Guillaume, seul en France. C’est une question de survie, elle n’entrevoit plus aucune autre alternative…

Nous l’accompagnons tout au long de ce voyage, cette quête initiatique… Dès son arrivée, elle rencontre ses colocataires : Matthieu, Alex et William. Ils viennent tous d’horizons différents, mais une complicité les unit.

Anne occupe la chambre ayant une vue sur le lac de Lochan Winch. La jeune femme commence à trouver ses marques, mais très vite elle est victime de manifestations étranges et inexplicables. Est-elle en proie à des hallucinations ? Où perd-elle la raison ? De nombreuses questions hantent son esprit. Ce fameux lac est en apparence paisible, mais certaines rumeurs circulent invitant chacun à la plus grande prudence.

Notre héroïne est perturbée, mais elle va chercher à percer la clé du mystère qui plane en ce lieu. Déterminée, elle se lance alors dans une enquête à la fois captivante et effrayante.

Nous la suivons pas à pas à travers un périple de tous les dangers. Parviendra-t-elle à rassembler les pièces d’un puzzle historique afin de résoudre cette étrange affaire ?

La jeune femme est désormais persuadée que sa présence n’est pas due au hasard. Elle se jette à corps perdu dans cette mission dépassant tout entendement. Parviendra-t-elle à différencier le rêve de la réalité ?

Marie Harvard nous offre une intrigue originale et bien ficelée. Elle regroupe de nombreux évènements historiques qui se rapportent à des sujets délicats, voire tabous, avec précision et minutie. Son travail de recherches est conséquent et très intéressant.

Nous naviguons dans un univers hors de l’espace et du temps, là où les légendes et l’histoire se confrontent.

L’incertitude, le doute et la peur sont omniprésents et le suspense monte crescendo.


Désormais, Anne ne peut plus revenir en arrière… Une force inexpliquée, une attirance incontrôlable la confrontera à ses démons. Sortira-t-elle plus forte de cette aventure aux frontières du réel ? Ou se perdra-t-elle à jamais dans les affres de l’enfer ?

Un roman qui tient en haleine jusqu’au dénouement.

Un final inattendu et surprenant.

N’hésitez-pas, laissez-vous tenter.




Extraits et citations :

« — Tu as toujours aimé l’histoire… Cette ville et toi, vous étiez faits pour vous rencontrer ! Et je suis sûr qu’elle ne t’a pas encore révélé tous ses secrets… C’est chouette, que trouves à nouveau des centres d’intérêt. »


« Cette révélation serait indispensable à chaque habitant de la ville pour qu’il puisse connaître la richesse historique des rues dans lesquelles il marchait. Il n’y avait pas de hasard, un ordre supérieur avait forcément tout planifier et je trouverais bientôt la clé de tout cela. »


« C’est aussi ce que nous avons perdu qui fait de nous ce que nous sommes. »


@Marie Harvard.

Note : 4/5




Lien Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s