Ghost in love de Marc Lévy.

Éditions Versilio/Robert Lafont.

Catégorie : Roman et littérature.



Résumé :

Ils ont trois jours à San Francisco.
Trois jours pour écrire leur histoire.



Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l’aider à réaliser son vœu le plus cher ?
Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l’autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ?


Et si ce fantôme était celui de votre père ?

Thomas, pianiste virtuose, est entraîné dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue…

Digne des plus belles histoires de Capra et de Billy Wilder, Ghost in Love donne envie de croire au merveilleux.


Avis :

Le dernier livre de Marc Lévy trônait dans ma PAL depuis pas mal de temps. J’ai choisi de le découvrir dans le cadre d’une lecture commune avec mon amie Magali. La quatrième de couverture correspondait à notre envie du moment. Elle laissait présager un récit original, plein de surprises et d’humour et nous promettait de passer un bon moment de lecture.

Thomas est un pianiste virtuose qui mène une existence solitaire. Tandis qu’il erre chez sa mère, absente ce soir-là, il dégote un paquet de cigarettes et décide d’en fumer une pour se détendre… Soudain, il assiste à un phénomène déroutant, voire effrayant : l’apparition du fantôme de son père. Non seulement, il est là, devant lui, mais en plus il l’entend.

Sous le choc, notre violoniste à l’esprit embrumé va se poser des tonnes de questions. Que lui arrive-t-il ? A-t-il été trompé sur la marchandise ? Est-il en train de vivre un bad trip ? Le jeune homme est en proie aux mille tourments. Une chose est sûre : il ne peut en parler à personne sous peine d’être pris pour un fou ! Est-il encore capable de distinguer le rêve ou plutôt le cauchemar de la réalité ?

Pour l’heure, notre victime espère encore se réveiller et réaliser que tout cela ne s’est jamais produit. Malheureusement, le lendemain, non seulement le fantôme de son père est toujours présent, mais il lui demande de lui rendre un service pour le moins « particulier ». Thomas sera-t-il prêt à prendre tous les risques afin d’exaucer le vœu le plus cher de Raymond, son père ?


Cette fois, c’est sur, on marche sur la tête ! Pourtant, Thomas va se retrouver embrigader dans une histoire qui dépasse tout entendement. Il entamera un périple à l’autre bout du monde pour effectuer une mission totalement irrationnelle et non dénuée de dangers.

Marc Lévy nous entraîne sur les pas de ce duo père-fils. Thomas marchera sur des chemins semés d’embûches, mais parviendra-t-il à éviter les obstacles qui se dresseront sur sa route ? Attention, il n’est pas seul, son père veille au grain.

L’intrigue est rythmée et bien ficelée.

Nous assistons à des situations cocasses, à des jeux d’esprits et à des joutes verbales jubilatoires.

Les pages s’enchaînent et nous apprenons à mieux les connaître, à les apprécier et à les aimer.

Dans ce road trip original, nous verrons ce père et ce fils se rapprocher et profiter de cette « deuxième chance » à la fois éphémère et inespérée.

Thomas saisira-t-il la balle au bond pour rattraper le temps perdu ? Sera-t-il apte à se remettre en question pour avancer vers un avenir meilleur ?

Lors de ce voyage, il fera des rencontres susceptibles de changer le cours de son destin.

Raymond et Thomas savent que le compte à rebours est enclenché… Le temps presse

Sortira-t-il grandi de ces retrouvailles aussi folles qu’inattendues ?

Marc Lévy nous offre un très beau voyage et véhicule des messages importants sur les priorités de nos existences. Il nous rappelle qu’il faut profiter de chaque instant, car la vie a une date d’expiration.


Ce récit m’a fait penser à la chanson de François Valéry : aimons-nous vivants.

Un roman drôle et émouvant.

Une lecture très sympathique qui met du baume au cœur.



Extraits et citations :

« — Arrête avec ce charlatan. Tu lui confies que tu vois un revenant et il te traite par-dessus la jambe, une conversation de salon, sans même se donner la peine de t’examiner. Prendre ta tension, c’était trop te demander ? Si un patient, que dis-je, un ami était venu me confier un truc pareil, je l’aurais envoyé passer une batterie de tests illico. »


« — Né poussière tu redeviendras poussière, ce n’est pas moi qui l’ait inventé ! »


« De congrès en congrès, j’ai parcouru le monde, mais mon plus beau voyage aura été d’être ton père. »


@Marc Lévy

Note : 4/5



Lien Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s