Au creux de nos bras de Jeanne Yliss.

Auteure auto-éditée.

Catégorie : Roman et littérature/Témoignage.



Résumé :

Parce que la naissance d’un enfant, c’est aussi la naissance d’une mère.

Ces trois femmes n’ont rien en commun, et pourtant, leurs parcours s’entrecroisent au travers d’une aventure à la fois universelle et unique : la maternité. À 29 ans, Loïse va affronter le défi de vivre avec un enfant porteur de handicap sévère. Malgré elle, à 62 ans, Olga, va avouer à sa famille le mal qui la ronge : le regret maternel. Mia, 33 ans, est confrontée à l’horreur du deuil périnatal.

Ce roman choral trace des portraits de femmes émouvants à partir d’un recueil d’une dizaine de témoignages. Des témoignages qui peuvent bousculer, déranger, ou, au contraire, réconforter, aider à se sentir comprise.

Une ode à la femme qui se cache derrière la mère, un plaidoyer pour la bienveillance et le respect.


Avis :

Je remercie Jeanne Yliss de m’avoir confié son service presse, mais aussi pour sa confiance renouvelée. La quatrième de couverture m’a interpellée à plus d’un titre, car l’ histoire de ces trois femmes promettait d’être riche en émotions et en enseignements, mais je savais également que l’un des sujets abordés ferait écho à mon propre vécu. Je peux d’ores et déjà affirmer que l’auteure possède plusieurs cordes à son arc et élargit à chaque nouvel ouvrage son champ de possibilités.

Nous allons faire la connaissance de trois femmes qui ne se connaissent pas…  Elles n’ont rien en commun… Et pourtant, leurs parcours singuliers les réuniront à travers une aventure commune : la maternité.

Ces héroïnes se nomment : Loïse, Mia et Olga.

Jeanne Yliss va nous permettre d’entrer dans leurs existences respectives et de les suivre tout au long du récit durant plusieurs années.

Le destin est parfois cruel, il ne nous réserve pas que de bonnes surprises. Lorsque le sort s’acharne sur une personne ou les membres d’une famille, ces derniers pris dans la tourmente n’auront pas d’autres choix que de lutter pour ne pas sombrer, pour survivre, malgré le drame qui se joue.

Loïse, 29 ans, apprendra que son enfant est porteur d’un handicap lourd.

Mia, 33 ans, sera confrontée au terrible drame du deuil prénatal.

Olga, 62 ans, souffre d’un mal qui la ronge depuis des années. Ce mal-être se nomme : le regret maternel.

Jeanne Yliss nous raconte l’histoire de ces trois femmes en alternant les chapitres.

Au fil des pages, nous apprenons à mieux les connaître, à les apprécier, puis à les aimer. Nous sommes forcément touchés par les épreuves qu’elles traversent.

Jeanne ne nous cache rien et nous transporte avec elle auprès de ces mères en souffrance, qui se battent avec un courage extraordinaire. Nous devenons les témoins privilégiés de leurs peines, de leurs doutes et de leurs espoirs aussi.

Dans tous les cas, LE COUPLE est mis à rude épreuve. La force de l’amour ne suffit pas toujours à résister aux affres de l’adversité.

Nous mesurerons ô combien il est facile de juger, d’accabler… Sans chercher à comprendre…

Le handicap, la mort, la différence effraient. Et pourtant, il faut en parler, car cela n’arrive pas qu’aux autres. Beaucoup se croient invulnérables, et pourtant, personne n’est à l’abri.

Eloïse, Mia et Olga verront-elles la lumière au bout du tunnel ? Ne dit-on pas que la vie reprend toujours ses droits ?

Une chose est sûre : elles n’oubliont jamais… Elles apprendront à vivre avec.

Jeanne aborde des sujets durs, difficiles avec justesse, pudeur et sensibilité. Elle OSE briser le tabou avec respect et bienveillance.

Le final est astucieusement bien pensé.

Un roman choral bouleversant qui prend aux tripes et qui nous ouvre les yeux sur la réalité de l’existence.

Un vibrant hommage aux femmes, aux mères et à leurs enfants, vivants ou disparus.

Ces enfants demeureront toujours présents dans le cœur de celles qui les ont portés et aimés.

Ne dit-on pas que la vraie mort est celle de l’oubli ? J’adhère à cette citation.

Un livre à lire absolument.

Des témoignages poignants dont vous ne sortirez pas indemne.

Merci, Jeanne d’avoir OSÉ !

PS : J’imagine le gros travail de recherches effectué pour arriver à une œuvre aboutie et très instructive. Tu précises, d’ailleurs, que ces portraits de femmes ont pu être imaginés grâce à une dizaines de témoignages réels recueillis. Le récit est authentique et criant de vérité.



Extraits et citations :

« Si on m’avait dit qu’une mère pouvait passer tant de temps à choisir une grenouillère, je crois que j’aurais trouvé ça ridicule. Il y a bien des choses que je trouvais ridicules jusqu’à quelques heures en arrière. Ma vie vient de me donner une claque immense qui remet tout en question. »


« — Arrête de faire ta Drama Queen. Tu bouffes du psy à longueur de journée, ça finit par te tordre le cerveau. »


« Je réalise le poids de l’anormalité, l’immensité des montagnes à franchir quand on a eu la faute de goût de ne pas rentrer dans les cases. Et l’angoisse me terrasse, se mêle à la honte, à la culpabilité et à la solitude. Je ne veux pas me laisser manger par la peur, je ne veux pas anticiper. »


@Jeanne Yliss

Note : 5/5


Lien Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s