Un + un = cinq… Et plus encore ! de Gwenaelle Delange

Auteure auto-éditée

 

41Qnsf3N6OL._SX311_BO1,204,203,200_

Catégorie : Littérature générale.

 

 

Résumé :

Sophie, pétillante trentenaire à qui la vie sourit, voit son avenir bouleversé le jour où elle comprend que son désir de maternité ne deviendra jamais réalité. De la lumière, elle glisse dans la noirceur malgré son métier de professeur de français et l’amour de son mari Éric. Ses certitudes deviennent des doutes. Sa joie de vivre s’éteint. Et ses rêves meurent avant même d’avoir vécu. Alors, que faire quand Éric la bouscule avec son projet un peu fou d’ouvrir une boulangerie-pâtisserie au cœur d’un petit village 

 

 

Avis :

Je remercie Gwenaelle Delange de m’avoir confié son service presse. Elle nous offre une très belle histoire truffée de messages importants.

Sophie et Éric forment un couple uni. Pourtant, tout s’écroule lorsqu’elle apprend qu’elle ne pourra jamais devenir mère. Progressivement, la jeune femme s’enfonce dans la dépression. Son mari assiste à la descente aux enfers progressive de l’amour de sa vie.

Une opportunité leur tend les bras. Tout quitter afin de changer de vie, tout simplement. Tenter de faire table rase du passé pour se reconstruire. Oseront-ils franchir le cap ? Prendre des risques pour modifier le cours de leur destin.

Ils se retrouvent à Saurignac, un petit village d’Auvergne. C’est l’heure du renouveau pour ce couple. Éric va ouvrir une boulangerie-pâtisserie et réaliser son rêve.

Cette remise en question permettra-t-elle au couple de trouver la sérénité ? Sophie reprend du poil de la bête et remonte la pente. Dans les petits villages, tout le monde se connaît et leur intégration se déroule le plus naturellement du monde.

Le temps passe, mais le désir d’enfant demeure toujours une souffrance. Sophie ne parvient pas à faire son deuil. 

La réalisation d’un autre projet s’impose dans leurs esprits : devenir « Famille d’accueil ». Après tout, pourquoi ne pas se lancer dans l’aventure ? Le pari s’avérera probablement compliqué, mais ne dit-on pas : « Qui ne tente rien n’a rien » ?

C’est ainsi qu’Alexandre, Mathis et Ariane débarqueront dans leur existence bien orchestrée, pour le meilleur ? Ou pour le pire ?

Gwenaelle Delange nous plonge totalement au coeur de cette famille pas tout à fait comme les autres. Elle pointe le doigt sur les difficultés que chacun est susceptible de rencontrer pour diverses raisons. 

Tandis que les uns se plient en quatre pour aplanir les situations périlleuses, les autres opposent une résistance farouche. La réalité est complexe et nous comprenons aisément les réactions de nos protagonistes.

Au fil des pages, les pièces du puzzle se rassemblent et nous mesurons le parcours chaotique de cette fratrie. Parviendront-ils à baisser la garde ? À se laisser apprivoiser ? Puis aimer ? 

L’auteure traite un sujet délicat avec pudeur et justesse. Nous parvenons à nous identifier à chacun des personnages et à percevoir leur mal-être respectif.

La patience tiendra une grande place dans cette histoire.

Chacun devra s’interroger, s’autoriser à lâcher prise, mais aussi apprendre à pardonner. Chaque être humain commet des erreurs, car la perfection n’existe pas. Pourtant, est-ce une raison pour laisser passer sa chance lorsqu’elle se présente à nous ?

La citation : « On choisit ses amis, mais on ne choisit pas sa famille » s’avère malheureusement trop souvent vraie. 

Les liens du coeur ne sont-ils pas parfois plus intenses que les liens du sang ?

Ce récit est un hymne à l’amour, à l’espoir qui reste le moteur de nos vies. Le carburant qui nous permet d’avancer sur le chemin de nos existences.

Les personnages sont tous attachants, même ceux qui se révèlent être des têtes de mules.

Une lecture riche en émotions. L’auteure nous offre une pensée finale qui nous serre les tripes et nous vrille le coeur.

Un livre à lire sans modération.

 

 

Extraits et citations :

« Cette fois-ci, c’était différent. Parce que cette fois-ci, le dénonciateur, c’était moi. »

 

« La vie, c’est un jeu, une roue qui tourne. Un jour, tu gagnes ; un jour, tu perds. »

 

« Quand je pense que tout ça part de sa punition. Tu veux que je te dise : sa connerie, c’était la meilleure chose qui pouvait lui arriver. »

 

 

@Gwenaelle Delange

Note 5/5

 

Lien Amazon cliquez ICI

Un commentaire sur “Un + un = cinq… Et plus encore ! de Gwenaelle Delange

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s